AFFICHAGE DES TAUX DE REUSSITE. EPISODE 2 !

Aboiement-de-chien

NOUVELLE ENQUÊTE d’UFC QUE CHOISIR

ILS N’ONT PAS FINI D’ABOYER !

L’UFC QUE CHOISIR a donc dévoilé sa nouvelle enquête sur les écoles de conduite. Le moment de la publication n’est pas le fait du hasard, il s’agit sans aucun doute de mettre la pression sur le Délégué Interministériel pour qu’il accède sans tarder à la demande insistante de cette organisation.

Je suis surpris de l’entêtement de cette organisation sur ce sujet des taux de réussite. En effet comment ne peut-elle pas imaginer que cet affichage risque fort d’être contre productif pour le consommateur qu’elle dit vouloir défendre. Chacun peut imaginer aisément que la pression sera mise sur l’élève pour éviter les échec et que cette pression se concrétisera par une demande de leçons supplémentaires pour réduire le risque d’échec. Pire encore une sélection et une mise à l’écart des moins doués (qui sont souvent les moins fortunés) pour améliorer les taux de réussite.

Cette enquête ne me semble pas objective et encore moins scientifique. de nombreuses questions se posent sur une enquête dont je ne suis pas loin de penser que leurs rédacteurs ont d’abord décidé du résultat final pour ensuite développer des arguments venant étayer le résultat souhaité par avance.

  • Quelle en est la méthodologie ?
  • Comment les écoles de conduite ont été choisies ?
  • Comment les écoles de conduite ont-elles été questionnées ?
  • Pourquoi les taux de réussite des candidats libres ne sont pas pris en compte ,
  • Pourquoi Les taux de réussites des écoles de conduite dites en ligne ne sont pas étudiés ?

Lorsque l’ont fait une enquête et que l’ont veut la transparence on commence par soi même.

C’est à se demander si UFC ne voue pas une haine certaine contre notre profession.

Pour une réelle objectivité de l’enquête il aurait fallu y mettre les écoles de conduite en ligne. Pourquoi UFC QUE CHOISIR qui veut de la transparence ne cherche pas à obtenir les taux de réussite des inspecteurs ? Comment peut-on nous expliquer que pour une même école de conduite, avec les mêmes moniteurs et  une population identique, les taux de réussite entre inspecteurs peuvent vairés de 50% !

Non le taux de réussite n’est pas un gage de qualité c’est un facteur de performance et je maintiens que le rôle sociétal d’une école de conduite est de former des jeunes conducteurs sûrs, pas de faire de la performance et surtout sur un examen dont tous les spécialistes s’accordent à dire qu’il ne permet pas de détecter un conducteur à risque.

Aveuglés par leur obsession du prix du permis et leur approche purement consumériste  UFC QUE CHOISIR se permet des attaques répétées et de plus en plus stigmatisantes. Or j’ai l’impression que la mauvaise image que veulent nous attribués certains ne vient que d’un microcosme qui est déconnecté des réalités. J’en veux pour preuve le sondage réalisé par l’UNIDEC qui montre que la majorité des français apprécient leurs écoles de conduite. D’autre part je constate que lors des renseignements que nous faisons avant les inscriptions ceux qui demandent le taux de réussite ne sont pas si nombreux ce doit-être de l’ordre de 20% !

Jamais la profession n’a été autant attaquée que sous ce quinquennat, jamais ! Je n’en tire aucune conclusion c’est juste un constat. je m’interroge aussi sur l’opportunité d’avoir donné un siège au CSER à UFC QUE CHOISIR, siège que cette organisation n’a d’ailleurs pas eu la politesse d’assumer lors de la mise en place du CSER en étant la seule organisation absente ce jour là. J’y vois à la fois un manque de considération envers cette institution mais aussi envers la profession et ceux qui les ont nommé à ce poste.

Pour revenir au sujet, je rappelle que les organisations professionnelles sont toutes d’accord pour mettre en place un système de qualité et que c’est cela qui doit être mis en avant, avant même les taux de réussite.

En parlant de qualité voici un livret d’apprentissage venant d’une auto-école qui se veut moderne.

LIVRET AEN

Chacun pourra noter des leçons de 3h ! Je pense que n’importe quel professionnel sera d’accord pour reconnaitre que c’est trop long et contre productif pour l’élève. Mais que voulez-vous c’est aussi pas cher ! J’ai moi même reçu dernièrement une élève venant d’une école de conduite en ligne, on lui faisait faire 6 heures de leçons par jour ! Oui vous avez bien lu, résultat elle a payé plus de 40 heures et elle ne sait rien faire, la première voie d’insertion sur laquelle je l’ai amené, elle s’y est arrêté car elle ne savait pas comment faire.

Voilà où le low cost va amener les consommateurs. mais UFC QUE CHOISIR doit être content car les leçons sont bien moins coûteuses.

Cette enquête est l’enquête de trop !

C’est l’enquête de trop car elle arrive en pleine négociation, sur ce sujet, entre les organisations professionnelles et le ministère. Elle n’a aucun autre objectif que de mettre le délégué interministériel sous pression pour qu’il cède à UFC QUE CHOISIR.

Si les organisations professionnelles venaient à ne pas être entendues, si l’affichage des taux de réussites devaient être mis en avant sur le site de la DSCR, nous ne pourrions que constater que le Délégué Interministériel a cédé aux demandes de UFC QUE CHOISIR ceci contre les écoles de conduite qu’il est censé protéger.

N’oublions pas que la DDGCRF interdit aux écoles de conduite de refuser une place d’examen à un élève qui veut le passer. Dans de telles conditions parler de taux de réussite n’est tout simplement pas acceptable. Je propose aux professionnels de réfléchir dès aujourd’hui à la solution de transformer tous nos élèves en candidats libres, ainsi il ne sera plus question de taux de réussite et l’administration qui ne nous défend que mollement se débrouillera avec le public.

Dès aujourd’hui, l’UNIC va envoyer une demande officielle de communication anonymisée des taux de réussite de chaque inspecteur par département, si nous n’obtenons pas gain de cause nous irons jusqu’à la CADA.

Si UFC QUE CHOISIR veut réellement défendre les consommateurs, cette organisation devrait s’interroger sur les raisons pour lesquelles le coût du travail est si cher et au lieu de tenter de paupériser toute un profession qui est déjà au bord de la paupérisation, cette organisation devrait travailler à trouver des solutions de financement du le permis.

Travailler plus, nous savons, gagner moins nous ne pouvons pas.

 

17 comments on “AFFICHAGE DES TAUX DE REUSSITE. EPISODE 2 !

  1. Demander la publication des taux de réussite par inspecteurs n a pas davantage de sens. Sur mon centre, un inspecteur fait correctement son travail mais passe pour une peau de vache tant ses collègues sont des touristes. Idem sur un deux autres centres distants de quelques kilomètres.
    Le fait est que tout le monde a une part de responsabilité mais chaque partie reporte la faute sur « l’autre ». Il y a des médiocres et des incapables dans chaque camps mais l’Administration ne reconnaîtra jamais qu’il y a des brebis galeuses dans ses rangs, la bien-pensance » interdit d’imaginer que parmi nos eleves il puisse y avoir de véritables cretins congenitaux (c’est à se demander d’où viennent tous les chauffards qui peuplent nos routes) des lors nous restons les seuls bouc-émissaires possible à pouvoir être désigné à la vindicte populaire. La populasse a besoin de coupables pour supporter sa propre bêtise

    • En demandant les taux de réussite anonymisés de chaque inspecteur, il ne s’agit pas de reporter la faute sur qui que ce soit. C’est un acte politique avec pour objectif de démontrer que le taux de réussite est consécutif à plusieurs facteurs, dont le travail de l’inspecteur. Les exemples sont nombreux pour pouvoir affirmer que l’examen n’est pas sécurisé. Donc sauf à sécuriser l’examen, en le filmant par exemple, le doute sur l’impartialité est permis. Filmer l’examen n’est pas utopique cela se fait ailleurs.

      • J’avais bien compris qu’il s’agit d’un acte politique Philippe. Je considère simplement que demander la publication des taux de réussite comme le souhaite l’UFC est d’une stupidité sans nom qui n’apportera rien tant il y a de paramètres entrant en ligne de compte. La position de l’UFC est populiste et n’a d’autre but que de se faire mousser en s’en prenant au seul bouc-émissaire possible. Ils ne peuvent pas toucher à ‘Administration et ne peuvent pas pointer du doigt la connerie des candidats vu qu’ils sont aussi lecteurs de leur torchon donc ….
        Ils sont journalistes comme Nabila est prix Nobel de physique. C’est à vomir

  2. ufc que choisir remet la pression!
    le taux de réussite demeure une statistique qui peut être aisément manipulée pour en faire sortir ce que l’on souhaite.
    On pourrait faire comme dans les grands lycées parisiens inscrire nos élèves « difficiles » en candidats libres!
    plus sérieusement je crois qu ‘un reportage sérieux sur notre profession serait une solution si on trouvait de vrais journalistes mais là j’ai comme un très gros doute….

    • Mettre les élèves en candidats libres n’a rien de pas sérieux, bien au contraire… Quant au reportage objectif je crains que cela relève du fantasme ce n’est pas vendeur pour les médias, vous avez raison de douter.

    • Si ça continu …..nous allons y venir !
      Élèves difficiles ( pas très doué et/ou hargneux) en candidat libre!
      Peu être là, ne serions nous pas encadré dans le tarif de l’heure de location du véhicule et du moniteur …
      Thierry

  3. Ah ! Les taux de réussite ! La course à la performance, à la rentabilité immédiate, le vite-fait-quitte-à-ce que-soit-mal-fait ! Le Fast-food ! Le très-très-haut-débit ! Le vas-y-les-yeux-fermés-c’est-validé-sur-le-web !
    Personnellement, je ne supporte plus cette pression inutile qui nous pousse plus fort, plus loin et nous précipite dans le mur. Comme aurait pu dire SEGELA, si t’as pas fait un burn-out à 50 ans, t’as raté ta vie !
    Pourquoi continuer docilement à participer à cette vie débile ?
    Pourquoi accepter comme des moutons de faire ce qu’on nous dit et de faire où on nous dit de faire ?
    Quand certains méritent par leur patience, leur investissement et leur professionnalisme, d’autres ne vivent qu’au travers de leurs critiques, le plus souvent infondées et se foutent du mal qu’ils font, que ce soit aux personnes visées par ces critiques, à leur famille, à leurs enfants… En plus, dès qu’on le leur fait remarquer, ils courent pleurnicher dans les jupes d’un magistrat ! « maîtresse, maîtresse, y m’a dit des gros mots maîtresse, l’est un gros vilain ! »
    Envoyons-les se faire foutre une bonne fois pour toute ! Quittes à nous mettre dans l’illégalité !
    Refusons de subir ce chantage qui n’apportera aucune solution aux problème du permis de conduire comme sur d’autres sujets !
    Puisque nos détracteurs cirent les pompes du lobby des plateformes en ligne, empêchons les pouvoirs publics de disposer de statistiques « fiables ». Echangeons nos places d’examens entre collègues, organisons une répartition « bis » ! Et comme le suggère Philippe, inscrivons nos élèves en candidats libres ! C’est déjà possible pour l’ETG !
    Et surtout, mettez quelques exemplaires d’UFC Que Choisir à disposition dans vos toilettes, ça gratte un peu au départ mais, on s’habitue à tout…

  4. Bonsoir à tous
    Je ne mets que trop peu souvent en avant dans toutes ces histoires non pas parce qu’elles ne m’intéressent pas mais car j’ai pas le temps …
    Le problème est qu’à force de me dire cela je ne bouge pas et pourtant bien qu’étant je crois un bon formateur , aimant mon boulot, là, ca va plus du tout car on navigue dans du grand n’importe quoi.
    Monsieur colombani, vous avez raison .
    Si je prends en compte le nombre de candidats qui viennent chez moi après plusieurs échecs ,évidemment ces candidats dévalorisent mon taux de réussite dont je me fous royalement car c’est pas ca qui compte mais au regard de l’image que cela donnerait à mon auto-école , j’hésiterais certainement davantage .
    Mais bon passe encore , ma crainte repose sur une plus grande déréglementation de notre profession.
    À l’heure où l’examen est validé à partir de cette Année avec de nouvelles compétences , ou donc l’objectif doit être de rendre la formation plus sûre , encore plus  » professionnelle » , les futurs candidats devraient avoir un salaire honorable ( et ce n’est pas le cas aujourd’hui à part quelques exceptions).
    Et pourtant j’ai ce sentiment que nous sommes à la limite de l’explosion de notre système nous menant vers un monde où l’on donnerait accès libre aux auto entrepreneurs et la plus de bureau plus de charge en tout cas moins de charge et là, moi , par exemple dans mon bureau avec les charges etc vous le savez autant que moi , je suis mort .
    Vous est il possible de m’en dire davantage à ce sujet .
    Dans tous les cas bienque parfois je ne suis pas d’accord avec vous , la vous avez toute mon attention dans la suite des événements.
    Bonne soirée

    • Je crains effectivement que nous le système est au bord de l’explosion et que la profession doit s’adapter, être innovante certainement plus solidaire et surtout ne pas se braquer et cherchant à ne rien changer. Nous aurons certainement à en reparler rapidement.
      Si nous prenons un peu de recul et que nous écoutons ce qui se dit autour de nous sans a priori, nous nous devons de nous poser des questions sur notre modèle économique. Comme l’a dit Alexandre CHARTIER un des fondateurs d’Ornikar nous travaillons beaucoup et nous ne gagnons rien, donc y a un problème c’est indéniable.
      Une remise en cause me semble urgente et indispensable.

  5. Bonjour la réputation compte plus que le taux de réussite. Heureuse que les lowcost et les auto écoles en ligne existent. Ils attirent ceux qui ne doutent de rien et nous laissent les candidats sérieux prêts a nous écouter. Ceux la même qui en leçon sont effarés du comportement incivil des conducteurs qui rouspetent âpres nous dés que nous respectons les lois et limitations de vitesse, L image que les médias donne de nous est déplorable mais n impacte pas vraiment les candidats qui nous font confiance .Sinon tous s insciraient en candidature libre, Il est certain qu’ avec certains candidats il faut s imposer pour prouver nos compétences. Avec ceux la et pour éviter le burnout, nous privilégions la candidature libre avec comme argument magique » c est gratuit ». Et eux comme des cons qu ils sont, ils foncent……et tant pis pour eux!!!!!le métier est assez difficile comme ça – médias, administration, règlementation…., pour qu’on ne s embarasse plus d imbéciles qui ont la culture internet. Réflexion souvent entendue pour une entrée de rocade ou un créneau  » j ai regardé sur internet ».!!!!!

  6. Bonjour Philippe,
    il est vrai que cela devient difficile à supporter ….des élèves pas au niveau , mais qui veulent passer leur permis à tout pris….( je suis prêt, je ne peu plus payer ….même si aujourd’hui j’ai fait plusieurs fautes éliminatoires …je ne le referais pas au permis …..mdr …..)
    Mieux sur mon dernier bureau (plus en campagne) ils ont tous en tête  » nous ici c’est 20h »….)

    Leur dossier déjà inscrit à l’auto-école peu il être transformé en candidat libre ?
    Suffirait-il de barrer mon tampon et d’envoyer cet élève en préfecture  » chercher sa place  » ???
    Si oui cela me semble plus qu’envisageable !
    Bon courage à tous!
    Thierry du 44

  7. Bonjour à tous,depuis l annonce des taux de réussite bizarrement beaucoup d auto écoles dans ma region basculent leurs élèves en conduite supervisée et la les parents s inquiètent du fait du niveau de compétences de leur progéniture car pas de doubles commandes d’où une demande d évaluation cdt

Ecrire un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>