LA RÉALITÉ C’EST-CE QUI RESTE QUAND LE BROUILLARD SE LEVE

Il était une fois une profession vouée à une mort lente mais inéluctable. Enfin ça c’est que souhaitaient ceux qui veulent inventer le monde d’après, le monde 2.0, j’ai nommé les disrupteurs.

Parmi leurs leaders nous trouvons notre actuel président de la république et ses acolytes tous prêts à révolutionner le monde et surtout la France qu’ils voient comme une startup nation donc comme une entreprise.

Ils se sont mis en marche il y a bien une dizaine d’années, avec deux marqueurs d’abord le lancement de la première école de conduite en ligne ensuite par la fameuse loi dite macron destinée à tout faire éclater pour faire fît des vieilles écoles de conduite ringardes, ces dernières devant laisser la place aux jeunes loups du numérique appelés à créer le monde moderne, le monde d’après.

Se met alors en place une vaste campagne de dénigrement des écoles de conduite traditionnelles qui doivent absolument être ringardisées pour que le consommateur s’en éloigne. Tout y passe et la presse s’y colle avec des reportages, des articles toujours défavorables à ces écoles de conduite traditionnelles considérées comme désuètes.

Ainsi les exploitants et leurs entreprises sont embués dans le brouillard épais d’une communication agressive, discourtoise, voire méchante et surtout pas objective du tout.

Les plateformes se développent grâce à des levées de fonds faramineuses de plusieurs millions d’euros, sans pour autant produire la moindre richesse.  Et sous le pouvoir macronnien c’est carrément la BPI qui envoi des millions, c’est donc avec l’argent des français que l’on joue. Sur ce point il faudra bien savoir si ces millions seront remboursés et en cas contraire si ceux qui ont fait don de cet argent rendrons des comptes au peuple.

Tout cet engouement, tous ces millions levés par les plateformes se font sur la base non pas de bilans comptables positifs, mais sur la base d’une communication mensongère et sur le pari que les écoles de conduite vont disparaitre.

Mensonges ? Oui mensonges ! Mensonges sur les taux de réussite, mensonge sur les parts de marchés captés par les plateformes. Tous ces mensonges étant insufflés dans les cerveaux par le biais de belles publicités, d’interviews dirigés par des journalistes vendus à la cause qui font l’éloges de ces jeunes entrepreneurs qui changent le monde, etc.

Les professionnels historiques tremblent, se débattent, s’affolent, ils sentent le vent du boulet, savent qu’ils n’ont pas les moyens de lutter, que ce soit économiquement ou politiquement. Politiquement ils n’intéressent pas les partis politiques et nos élites ne jurent que par le numérique. On croit cette profession moribonde moribonde, elle ne fait que dormir pour mieux se relever.

Car l’histoire parfois ne va pas dans le sens souhaité, le vent peut tourner et surtout les français sont attachés à des valeurs et des habitudes bien ancrés dans leur histoire et leur vie.

Il est possible que le salut, que la lumière nous arrive dans très peu de temps et que tous les parieurs et bonimenteurs soient démasqués.

La lumière viendra sans doute par le nouveau système d’attribution des places d’examens. Et déjà une petite lueur brille dans le brouillard, et elle va grandir, elle va se développer et embraser le microcosme médiatico-politique qui ne pourra que convenir que l’avenir n’est pas là où il voulait qu’il soit.

Quelle est cette petite flamme qui vient de naitre ? Elle nous vient d’Occitanie et de l’expérience « rdvpermis ». Expérience qui met en lumière les vrais chiffres du marché.

Les plateformes disent avoir conquis de grandes parts de marché, on peut l’admettre pour la formation du code, mais pour la conduite c’est Waterloo, la défaite est totale, que dis-je ce n’est point une défaite, c’est une déroute.

Les plateformes sont en train de perdre la guerre qu’elles ont-elles mêmes déclaré.

Les chiffres parle d’eux-mêmes, voici ceux de l’Occitanie :

Pour le passage de l’examen pratique B (voiture) les auto-écoles dites classique présentent en moyenne 7 000 candidats par mois, les auto-écoles en ligne en présentent environ 320 !

Au 25 mars 2021 les écoles de conduite traditionnelles ont réservé, pour leurs élèves 74114 laces d’examens, dans le même temps les école du numérique en ont réservé 3643 !

Source ministère de l’intérieur

Les plateformes ne représentent que 5% du marché de l’apprentissage de la conduite !

Il y de fortes chances que ces valeurs se confirment partout sur le territoire et nous le verrons au fur et à mesure du déploiement de ce nouveau système d’attribution des places d’examens.

Car les français ne sont pas naïfs et se méfient des belles histoires. C’est bien mal les connaitre que de penser qu’ils sont manipulables, ils sont conservateurs et s’appuient sur des valeurs sûres, ils préfèrent parler à des humains qu’à des ordinateurs. Aujourd’hui les auto-écoles traditionnelles débordent de travail et le public leur fait confiance. Preuve que les pseudos élites qui nous dirigent se sont lourdement trompées et ont pariées sur le mauvais cheval.

En conclusion les plateformes ne subsistent que sur un mensonge, que les investisseurs/parieurs ouvrent les yeux et cessent d’alimenter des entreprises inutiles et utopiques.

Ces soit disant entrepreneurs ne sont en fait rien d’autres que les assistés 2.0 qui ne gagnent leur vie qu’en levant des fonds qu’ils ne rendront jamais. Ce n’est plus de l’assistanat c’est du biberonnage.

La réalité se révèle à la lumière des chiffres qui dissipent l’écran de fumée des   communications trompeuses.

Quant à cette profession soi-disant ringarde qui, d’après ses détracteurs, apprendrait dans des salles obscurs et humides et qui en serait encore au minitel, cette profession me surprend toujours par sa force, sa capacité de résistance et sa passion inaltérable pour faire vivre son métier et servir ses élèves.

Tel le Phenix elle sait mourir pour mieux renaître car elle sait que de ses cendres naîtra une profession encore plus forte.

 

6 comments on “LA RÉALITÉ C’EST-CE QUI RESTE QUAND LE BROUILLARD SE LEVE

  1. Beau brouillard né d’un bel enfumage organisé. On rajoute à cette bouillie infâme une belle louche de connerie journalistique toujours avides de nouveautés, même les plus foireuses, dès qu’il s’agit de faire le buzz et on a le tableau parfait de ce qu’est notre société moderne: un miroir aux alouettes, un mirage, une imposture, un piège à cons. Une seule ligne directrice: la mode. La mode, LE concept imbécile par excellence puisqu’il suppose un engouement pour quelque chose qui, invariablement, se démodera… On a voulu faire passer l’auto-école classique pour un vestige anachronique. Après 7 années de disruption, les chiffres parlent d’eux-mêmes, les plateformes ne survivent que grâce aux levées de fonds (et à la revente des data). Leurs « inscriptions » concernent en grande partie la préparation à l’ETG.
    ETG qui a lui aussi subi les affres de la mode bobo-écolo-vertueux-illuminés pour devenir une compilation de l’inutile. (Ça s’applique aussi à la pratique avec un examen devenu ridicule) Le point positif est qu’il légitime encore plus les vrais cours de code en presenciel. Nous mesurons quotidiennement les effets néfastes de la fermeture des salles de code sur la pratique. Les élèves sont incollables sur l’éco mobilité (comble des paradoxes) ou sur le port du gilet jaune mais ignorent tout des fondements de la circulation.

    Il nous restes encore à éradiquer de nos rang cette mode ridicule qui consiste à voir dans chaque élève une pauvre victime sans-le-sous. Ainsi nous pourrons enfin afficher les leçons pratiques au tarif auxquelles elles devraient être. Le petit coup de pouce pourrait peut-être venir justement de rdvpermis. Les échecs risquent de se payer très cher et une bonne formation deviendra cruciale (et compte tenu de la dégradation des aptitudes des élèves, nous allons avoir du pain sur la planche).
    Non, nous ne sommes pas morts, il faut juste que la mode passe…

  2. Vous avez tout dit.
    Une règle de base en commerce non apprise par ces start up , un produit pas cher est vecteur d’une image d’un produit bas de gamme….

Ecrire un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.