MOBILISATION GENERALE

« Les auto-écoles iront dans la rue

pour défendre une sécurité publique bradée par la Loi Macron »

 

« La loi Macron est une déclaration de guerre ouverte contre les professionnels de l’apprentissage à la conduite qui sont scandaleusement mis dans une impasse », déclare Philippe COLOMBANI, président  de l’UNIC, 1er syndicat représentatif exclusivement des écoles de conduite, qui appelle à une grande mobilisation nationale des auto-écoles le 9 février.

Les auto-écoles ont été trahies par le gouvernement. Pendant qu’on leur faisait croire par des engagements non-tenus que la question du permis de conduire était suivie par le Ministère de l’Intérieur compétent en matière de sécurité publique, la réforme de l’apprentissage à la conduite a été accaparée, sans protestation semble-t-il, par le Ministre de l’Économie Macron qui a ouvert les hostilités par l’article 9 de son projet de loi « fourre-tout » et ainsi ouvert le débat comme on ouvre une boîte de Pandore, et donc préempté les fondements d’une réforme qui ne lui appartient pas.

Les auto-écoles ont été exclues des travaux parlementaires menés par des députés inféodés à des intérêts catégoriels, politiciens et partisans, qui ont veillé à ce que les débats soient constamment focalisés sur les modalités des examens et la sauvegarde des droits-acquis de quelques fonctionnaires au détriment des professionnels de l’apprentissage qui n’ont même pas été invités au tour de table de la Commission spéciale mise en place à l’Assemblée Nationale.

Avec les 50 000 personnes qui en vivent et font vivre cette filière économique consacrée à la formation réparties sur tout le territoire national, les auto-écoles ont été sacrifiées par un ministre et des députés qui sont à ce point déconnectés du terrain qu’ils osent proposer de compléter les effectifs d’inspecteurs pour fluidifier les examens par des… facteurs en « attrition » !

Face au constat d’un dialogue de sourds qui dérape en accident social du fait de lobbies financiers qui n’ont d’autre objectif que de ramener l’enseignement de la conduite à un produit de consommation ;

Face au constat qu’une majorité de députés, avec le soutien du ministre Macron, ont délibérément et sans concertation décidé du démantèlement d’une profession ;

l’UNIC…

exige un arbitrage et rééquilibrage urgent du 1er ministre en faveur d’une réforme juste et consensuelle ;

appelle la profession à se préparer à descendre dans la rue le 9 février.

… appelle la profession à interpeler les parlementaires dans chaque circonscription.

 

6 comments on “MOBILISATION GENERALE

  1. Bonsoir je viens d’apprendre que l’intersyndicale a peu de chances de voir le jour. Il est incompréhensible que des responsables de syndicats blousés par les paroles du ministre et quelques hauts fonctionnaires refusent de s’allier pour sauver notre profession à moins que le cnpa et l’unidec n’aient à tirer profit de la disparition probable de milliers d ‘entre nous prochainement .Que penser de ce manque de solidarité quelques jours après avoir été des millions à crier  » je suis CHARLIE » ?
    J ‘avais un espoir , un espoir que ma profession allait se soulever comme un seul homme face à ce gouvernement , mais cet espoir est en train de m’etre enlevé …

    • Bon, je comprends votre déception et sachez que je la partage, mais tout n’est pas toujours simple. Maintenant vous ne serez pas obligé de croire ce que je vais écrire, mais voilà ce que je peux dire.
      Tout d’abord cela fait bien longtemps que l’UNIC demande à l’intersyndicale de manifester, depuis deux ans nous avons plusieurs fois proposer des actions sans jamais être suivi. Alors pour ne pas briser l’intersyndicale nous nous sommes toujours rallier à la majorité. Encore vendredi dernier nous avons essuyé un refus. Mais nous pensons que le temps presse et que nous avons trop attendu c’est la raison pour laquelle le conseil d’Administration de l’UNIC a décidé de lancer l’action du 9 février. Dans notre esprit cette action n’est pas contre l’intersyndicale et nous l’avons encore dit ce midi à nos amis en leur proposant de faire cette action tous ensemble, ils nous ont encore répondu, non ce n’est pas le moment le temps est la négociation, . Une heure après la discussion le cnpa lançait son appel pour le 6 février.
      L’UNIC n’a jamais souhaité la fin de l’intersyndicale, ni même cherché à être le leader, mais nous avons toujours dit que la profession ne comprend pas l’inaction des syndicats et que le risque est grand qu’elle se détourne des syndicats.
      En conclusion nous proposons aux professionnels de choisir la date de manifestation qui leur convient, voir de manifester deux fois.

      • Il est fort regrettable de proposer 2 dates de manifestation car je pense que nous serons moins visibles. NOTRE PROFESSION EST DEJA PEU SOLIDAIRE C’ETAIT POUR MOI LA POSSIBILITE DE RASSEMBLER DE CREER UN MOUVEMENT FEDERATEUR !
        On essaie de faire bouger les choses sur notre département ( 63) mais je pense que cela sera difficile si on se regarde tous le nombril.
        J OSE CEPENDANT ESPERER QUE LES AUTRES SYNDICATS N ONT PAS REFUSE CETTE DATE PAR PEUR DE VOIR L UNIC DEVENIR LE LEADER DE CE MOUVEMENT CAR JE CRAINS SI C EST LE CAS QU ILS ( UNIDEC, CNPA) N AIENT PLUS GRAND MONDE A DEFENDRE DANS QUELQUES MOIS!
        Pour terminer je vous ai trouver très bon sur bfm tv avec l’exemple du boucher devenant chirurgien!

        • L’UNIC n’avait pas pour intention de devenir leader de l’intersyndicale et nous le leur avons dit. Mais l’UNIC a estimé que le temps de l’action est venu et qu’il est urgent de bouger. Je déplore autant que vous la décision d’autres syndicats qui ont d’autres stratégies.