LETTRE OUVERTE A VALERIE PECRESSE

valerie pecresse

L’UNIC a interpelé madame Valérie PECRESSE sur son projet d’enseignement du code gratuit dans les lycées. Reprenant l’idée de sa consœur madame Ségolène ROYAL.

Cette lettre est diffusée auprès des adhérents de l’UNIC avec pour demande de la diffuser auprès du plus grand nombre d’écoles de conduite de la région Ile de France, région concernée par ce projet.

Rappelons que madame Ségolène ROYAL avait déjà tenté de mettre en place ce projet et que l’UNIC avait réussi à stopper cette action après une grande manifestation à POITIER en novembre 2012. S’il le faut nous recommencerons….

 

 

 

 

 

La lettre :

Madame la Ministre Valérie PECRESSE

Siège de campagne

24 rue de Turin
75008 PARIS

Noisy le roi, 6 novembre 2015

Madame la Ministre,

La Fédération Nationale de l’Artisanat Automobile -FNAA- est depuis 1921 une organisation professionnelle représentative des entreprises de la branche des services de l’automobile notamment du commerce, de la réparation automobile, et des autos écoles.

La FNAA a récemment intégré l’Union Nationale des Indépendants de la ConduiteUNIC-qui assure depuis une décennie la défense exclusive des écoles de conduite.

Dans le cadre du programme que vous déployez en vue des élections régionales pour lesquelles vous concourrez comme tête de liste pour l’Ile-de-France, vous venez de lancer une nouvelle proposition visant à rendre le permis de conduire abordable par une aide à la mobilité : le code gratuit pour les jeunes. L’objectif recherché en l’espèce est louable puisqu’il tend à faire baisser le chômage chez les jeunes

Partant donc du postulat désormais « sanctuarisé » depuis la Loi Macron d’un permis de conduire trop cher à cause des auto-écoles, vous en venez à proposer que l’apprentissage au code soit gratuit pour les candidats, selon deux voies différentes : soit délocaliser l’apprentissage au code dans des organismes financés par la Région tels que CFA, Missions locales ou lycées, soit émettre des chèques « régionaux » couvrant les frais de cet apprentissage dans les auto-écoles.

Au nom des auto-écoles d’Ile-de-France, en tant que président de l’UNIC, branche « Éducation routière » de la Fédération Nationale de l’Artisanat Automobile (FNAA), je viens vous alerter devant les risques d’effets pervers contenus dans une telle proposition déjà tentée plutôt chez vos adversaires politiques telle que Madame Ségolène Royal, et vous demander des éclaircissements sur certains aspects de votre proposition que je ne manquerai pas de faire connaître à l’ensemble de la profession de la Région Ile-de-France.

« Le permis de conduire est trop cher… »

Nous ne pouvons plus supporter cette injonction. Elle installe dans les esprits injustice et mensonge.

Les auto-écoles seraient les responsables du coût exorbitant d’un apprentissage sanctionné par un examen qui permet la délivrance d’un permis de conduire c’est-à-dire d’une autorisation d’être au volant ou au guidon d’un véhicule motorisé sur la voie publique, pouvant… tuer. Surligner sans cesse la cherté du coût du permis de conduire délivré pour la vie, c’est en réalité le dévaloriser dans son volet responsabilité civique au profit d’une vision consumériste biaisée et injuste!

De même, il faut rappeler que 60% du coût des leçons prises par un candidat repart d’une façon ou l’autre vers l’Etat grâce aux taxes et autres fiscalités que la profession supporte. Ce qui fait qu’un exploitant d’école de conduite gagne en moyenne 1800€/mois (source rapport IGF) faisant de notre profession la moins bien rémunérée de toutes les professions réglementées. Et la moins rentable puisque pour gagner cela, ces mêmes exploitants travaillent 220h/mois. Faites le calcul : les « patrons » d’auto-écoles sont en fait des sous-smicards !

Malgré cela, et à contre-courant des politiques et pouvoirs publics qui se sont défaussés sur notre profession alors que le premier et principal problème est celui des places d’examens qui relève de la responsabilité seule de l’État, notre profession continue d’être créatrice d’emplois, et facteur de lien social dans tous les quartiers même ceux dits « sensibles », et toutes les communes même en secteur rural.

« … donc gratuité du code pour tous les jeunes »

Au-delà du regrettable postulat qui sert de motif à la mesure de gratuité du code que vous proposez, la profession ne peut être qu’inquiète par les non-dits et les possibles conséquences que celle-ci comporte, en particulier lorsque vous évoquez la perspective de délocaliser les cours de code de la route. Aussi, voudrions-nous des éclairages de votre part, qui permettront peut-être de rassurer une profession très présente dans la Région dont prétendez devenir Présidente.

Trois simples questions donc :

Si les cours ne sont pas délivrés dans des écoles de conduite, qui sera chargé de l’enseignement ?

  • Comptez-vous associer les écoles de conduite à ses cours en lycée, CFA, missions locales ?
  • Si des enseignants de la conduite sont appelés à délivrer ces formations, comment seront-ils choisis ?

Nous attendons dans les meilleurs délais vos réponses que nous ne manquerons pas de diffuser à toutes les écoles de conduites d’Ile-de-France, en complément de ce courrier que nous transmettons sans attendre afin que ces questions puissent être abordées par les professionnels lors des rencontres qu’ils auront avec vos candidats co-listiers.

Je reste bien évidemment à votre disposition pour un échange de visu sur tous ces sujets, espérant qu’au-delà de l’effet d’annonce et du but louable recherché pour lutter contre le chômage des jeunes, vous preniez conscience des conséquences graves qu’aurait la mise en œuvre sans précaution de cette mesure.

Je vous prie de croire, Madame la Ministre, en ma respectueuse considération.

Président de l’UNIC et de la

Branche Education Routière de la FNAA

Philippe COLOMBANI

1 commentaire sur “LETTRE OUVERTE A VALERIE PECRESSE

  1. Bonjour Mr Colombani
    Merci pour ce que vous faites pour notre profession
    Pourquoi madame la ministre demande la gratuité de notre formation théorique,alors que celle-ci,dans nos formules,ne coûte rien à nos élèves.Pour bien me faire comprendre,un exemple
    En moyenne,sur Paris une 1h de conduite coûte 55€,si nous multiplions cette somme par le nombre d’heures obligatoire,20,l’élève devrait payer 1100€ que pour la conduite.Personnellement je propose à mes élèves une formule à 880€ tout compris avec un forfait code valable 6 mois inclus.Je ne crois pas qu’on puisse faire moins cher que(0€)la formation théorique
    Pourquoi la plus part de la « gente politique « trouve que notre permis de conduire est onéreux,quand on sait qu’en Allemagne (pays tant pris en référence par nos politique ) est pratiquement le double sinon plus pour une formation de base identique à celle que nous proposons à nos élèves
    Je ne comprends plus
    Cordialement
    Un moniteur et exploitant depuis 1979,qui est passionné par son métier et qui n’a de joie que lorsque son élève a obtenu son permis en première présentation
    Mr Benhouda remi

Ecrire un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>