PERMIS DE CONDUIRE, RIEN NE VA PLUS !

annulation permis

Grève des délégués, grève des inspecteurs du permis de conduire (encore une !).

Désordres dans les préfectures, informations divergentes d’une préfecture à l’autre.

Sans compter les désordres acceptés par l’administration tels que ceux constatés dans l’apprentissage libre. Ajoutons à cela une crise économique qui touche aussi la profession.

Décidément rien ne va plus dans le monde du permis de conduire.

Le pire c’est qu’il semble bien qu’il n’y ai plus de pilote dans l’avion. L’administration centrale est difficile à joindre, elle a les pires difficultés à faire respecter les consignes qu’elle donne aux préfectures.

Les exploitants d’écoles de conduite se sentent abandonnés, ne savent plus à quel saint se vouer et tout va à vau l’eau.

Lorsqu’en 2009 l’UNIC avait annoncé que la réforme n’en était pas une, que nous irions dans le mur, nous sommes encore passés pour des affreux qui ne savent que faire peur.

Aujourd’hui qui peut encore croire que le système actuel peut fonctionner ?

Et si nous reparlions de privatisation ?

Sans idéologie, mais avec une approche pragmatique. Qui peut-on encore croire que le service public pourra redevenir opérationnel ? Comment le pourrait-il sans embauche de fonctionnaires ? Et ce n’est pas à l’ordre du jour.

 

Alors pour que nos entreprises ne meurent pas, pour que les millions de français puissent passer les permis de conduire sans difficultés, il faut changer le système.

Deux pistes sont possibles, soit la création d’un Établissement Public, soit la privatisation.

Encore faut-il que la profession fasse connaitre sa volonté de changement. Pour cela il lui faudra descendre dans la rue et manifester avec un mot d’ordre simple et clair.

Et ce mot d’ordre doit être : PRIVATISATION DU PERMIS DE CONDUIRE.

 

Comme cela est déjà le cas dans de nombreux pays d’Europe. Tient l’Europe ! On sait nous en vendre les bienfaits, mais alors pourquoi ne pas faire comme nos voisins qui ont depuis longtemps privatisé la production de l’examen ?

L’UNIC va lancer des actions dans de nombreux départements. Mais il faut que la profession sache ce qu’elle veut. Ou le changement, ou la continuité, dans ce dernier cas il ne faudra pas se plaindre et seulement subir.

Savez-vous que le gouvernement a lancé en octobre 2012 une mission d’évaluation des freins à la croissance dans les entreprises des professions réglementées ? C’est l’IGF, l’Inspection Générale des Finances, qui en est chargée. Et cette mission n’est pas défavorable à une privatisation. Il faut donc, par des actions montrer que c’est la piste souhaitée par la profession.

Face à tous ces problèmes, les professionnels vont-ils continuer à subir et à se plaindre sans réagir ?

Si vous voulez lutter pour un vrai changement, rejoignez l’UNIC.

.

 

 

 

19 comments on “PERMIS DE CONDUIRE, RIEN NE VA PLUS !

  1. Pingback: PERMIS DE CONDUIRE, RIEN NE VA PLUS ! | UNIC

    • Oui il est temps que la profession se bouge. Mais pour cela il faut motiver les collègues et c’est à chacun d’entre nous à tous les niveaux de le faire. On compte sur vous.

  2. Pourquoi ne pas aller également vers la suppression de l’examen pratique B ; c’est une idée qui mérite réflexion, qui réglerait des problèmes dans ce système « bordélique  » ( manque de places, d’inspecteurs etc…),et qui pourrait permettre de développer l’aac, la conduite supervisée,et tout autre forme à étudier.C’est une réflexion qui pourrait s’intégrer dans le cadre d’une privatisation du système. Amicalement . David Mortier cer Pas De Calais

    • Oui cela peut paraitre tentant de supprimer purement et simplement l’examen, d’autant qu’en matière de détection de risque d’accident d’un jeune la pertinence de l’examen est proche du zéro. Toutefois je suis défavorable à l’idée de cette suppression. Il suffit de regarder ce qui se passe dans les cas où il n’y a qu’une obligation de formation et l’on constatera des dérives inacceptables. cela peut surprendre mais je souhaite des examens à pour chaque formation, ce que je reproche au système actuel c’est le manque d’examen et l’incapacité de l’administration d’en produire. Du coup on nous enfume avec un discours sur les enjeux de la sécurité routière pour justifier la pression engendrée par le manque de places.
      Non il faut des examens et pour cela je vous renvoi au projet DEXO. Car contrairement à ce que certaines personnes malveillantes ont dit sur moi, je ne suis pas un ultralibéral, je souhaite une libéralisation contrôlée et encadrée. En un mot une obligation de formation = un droit à l’examen (droit au sens juridique du terme), un échec entraine une obligation de formation complémentaire = un nouveau droit à l’examen.
      Une libéralisation sans obligation risque fort d’entrainer une forte diminution de la demande de formation et donc…
      Il faut bien entendu trouver la place de l’AAC et de la CS dans un tel système.
      Pour finit je rappelle que le projet de privatisation que l’UNIC a imaginé permet aux ipcsr de rester dans la fonction publique avec des missions de contrôle du système. Ainsi ils ne font plus d’examens…

    • Bonjour,
      La suppression de l’examen pratique B c’est justement ce que souhaite la haute administration et c’est pour cela qu’elle sabote depuis plusieurs années tout ce qui se
      rapporte à celui ci.pourquoi depuis 5 ans les inspecteurs commencent des grèves qui
      sont stoppées au bout d’un jour ou deux alors que l’état ne leur fait que des promesses
      sans rien signer d’officiel?
      Il faudrait s’interroger sur le comportement de leurs représentants syndicaux.
      Ensuite,une fois les inspecteurs éliminés on nous demandera d’inscrire les candidats sur FAETON,,de leur signer une conduite supervisée puis un permis
      provisoire validé dans les 2 ans si pas d’accident grave.
      Ainsi,notre beau métier sera remplacé par:conduite supervisée ,code web et
      voitures à pédales.
      Jean-Yves FERRON (AVIA-NEUILLY)

      • D’accord avec J-Y. Il faut absolument conserver l’examen, c’est la protection de notre métier.
        Sauf erreur de ma part, les directives Européennes imposent un examen et c’est tant mieux.

    • Pour bouger il faut motiver les collègues dans chaque département.
      Contactez le délégué UNIC de votre département et avec lui mobilisez les collègues.

      • Bonjour,
        Je n’entend personne parler du permis moto.
        Je vous rapporte donc la situation catastrophique du val de Marne.
        Mais ils semble que personne n’ose bouger par peur de ce voir « puni » par des représailles de nos chers « experts ».
        Je ne comprend que l’on puisse laisser cette situation perdurer.
        Il faut une mobilisation rapide et importante ont se fou de nos élèves et de nous.

        • Le délégué de l’UNIC du département du Val de Marne est justement en train de voir pour mobiliser les collègues. Mais comme toujours lorsqu’il s’agit de manifester, il faut être certain que les collègues vont suivre.
          Je ne peux donc que vous encourager à contacter le délégué de l’UNIC pour lui manifester votre soutient et vous verrez qu’il va bouger et très vite.
          Ps contrairement à certains bruits farfelus, le délégué de l’UNIC de ce département n’est pas au Brésil, il est bien présent.

          • Par principe je ne diffuse pas les coordonnées des délégués de l’UNIC sur ce blog.
            Mais en passant par le site de l’UNIC et par la case « contact » l’UNIC vous répondra et vous donnera ces coordonnées.

  3. Bonjour, quelque peu excédé par le climat ambiant dans notre milieu enseignant de la conduite, je navigue à droite et à gauche pour y lire les divers coups de gueules, les divers commentaires. Anciens militants au CSNCRA, puis au CNPA, ancien adhérent des ESR, j’ai préfére tout abandonné, tant les intérêts de chacun sont différents dans notre milieu aux vues des caractéristiques de nos établissements. Je félicite toutefois les gens qui oeuvrent encore, souvent dans le vide, au sein des syndicats. Mais aujourd’hui, je ne suis plus aptes a adhérer chez l’un ou chez l’autre. Pourtant l’UNIC dénonce des choses très justes, sans pudeurs et sans arrières pensées. Cependant, je n’adhère pas de tout à l’idée de privatisation du Permis de Conduire, moi qui jadis, dans les années 80 défendait même l’idée d’une proposition de loi (et non d’un projet de loi) invitant a conventionner certains établissement pour faire entrer enfin l’apprentissage de la route, au sens large du terme, dans l’éducation nationale. Proposition très rapidement jetée au paniers par nos responsables syndicaux de l’époque. Mais je le blâme pas. Depuis 27 ans que je suis dans la profession, j’ai bien compris qu’il y a des enseignants de la conduite, tournée vers la pédagogie, la proximité, l’aide, et d’un autre, des chefs d’entreprises soucieux et c’est légitime de rentabliliser leurs établissements pour assurer des emplois (souvent précaires toutefois). Défendre les intérêts communs est donc aujourd’hui encore impossible. D’où cette désaffection des syndicats.
    En prenant de l’âge, on devient sage parait il, ou on devient d eplus en plus con….Ou les deux parfois…Donc je suis aujourd’hui toujours contre la privatisation, qui ne serait, a mon avis, que de la poudre aux yeux. Avez vous évalué le cout d’une présentation dans un systême privé ? Pour qu’une entreprise privée soit rentable (c’est son but) elle se doit de dégager des bénéfices. Un service privé m’inquiète par avance par rapport à un coût exhorbitant pour le candidat. Il m’inquiète également de par sa justesse de jugement en fonction des aléas financer de la dite entreprise. Il m’inquiète enfin de par les conflits d’intérêt entre établissements d’ensignement et etablissement d’évaluation. Peut etre vois je le mal partout? Permettez moi juste de donner mon avis et d’exprimer mon inquiétude.
    L’examen du permis de conduire ne doit surtout pas disparaitre. Il est pour beaucoup le seul dimplôme d’état que certains obteindront, leur donnant ainsi accès à la vraie vie, à la reconnaissance, à la confiance.
    Je n’ai pas évidemment de solution miracle. Il me semble toutefois possible avec nos inspecteurs actuels de gagner un certains nombre de places, en déléguant l’examen théorique par exemple à des agents de l’état, en supprimant les inspecteurs superviseurs des stages de récupération de points, en rajoutant ne serait ce qu’un candidat par jour par inspecteur, en pricilégiant les inspecteurs travaillant à 100% par rapport au mi temps ou 3/4 temps. Il y a certainement d’autres piestes avec la capacité actuelle, bienqu’elle semble toutefois insuffisante.
    Je crains que le vrai futur se trouve au sein de gros centres d’enseignement qui seront conventionnés par l’état sous controle des inspecteurs actuels et auront le pouvoir de délivrer les permis. Une privatisation maquillée. La profession récupèrera le bébé, mais alors, ce sera la fin des auto ecoles de campagnes, des auto ecoles qui font 20 borne et plus pour aller cherhcer un éléève au lycée ou dans sa campagne reculée sans transport en commun. Les métropoles auront le monopole, l’état se sera débarrasser du bébé encombrant, les syndicats seront heureux car la profession s’auto gèrera de A à Z. N’est ce pas ce qu’il se passe déjà pour certaines catégorie du groupe lour ? N’est ce pas ce qui se passe pour les permis bateau ?
    A 52 ans, j’espère ne pas mettre la clé sous la porte trop tôt pour découvrir avec crainte cet avenir.
    Avant de terminer, je suis surpris que personne ne parle de la pultiplicité récente des catégories influant directement sur les coefficients.
    Pour expliquer simplement, je prends juste l’exemple de notre ancien Permis E qui s’obtenait avec une simple visite médicale. Depuis quelques années, le candidat mobilise deux inspecteurs, 1 pour repasser son ETG, 1 pour la conduite…Autant d’exman en moins pour du B ou du A. Demain, la multiplication des catégories « lourd » entrainera encore cette dispersion de places. La sécurité routière en sera t’elle renforcée ? Nos ex gouvernants étaient vraiment de bien piètre conducteurs, car nous le savons bien ‘conduire c’est prévoir »…..Et en conduisant ces réformes, ils n’on rien prévu du tout….
    Voilà, j’ai terminé pour aujourd’hui….
    Bon courage à tout le monde, et s’il faut descendre dans la rue, syndiqué ou non, j’y descendrais comme d’habitude, en fermant mon auto école toatalement puisque je travaille tout seul. Et pour une fois, ce jour là, j’aimerais que tout le monde ferme la porte, pas uniquement les patrons qui vont de montrer dans la manif pendant que leurs moniteurs bossent comme des idiots…
    Amicalement

    Jipé – 31

    • Oui encore et toujours les mêmes peurs, les mêmes solutions. Faire les examens code par d’autres que les ipcsr, la peur de tout perdre, etc.

      C’est bien là le problème, vos propositions sont les mêmes depuis 30 ans et voilà où nous en sommes. Alors vous pouvez toujours espérer, imaginer que demain va être moins pire, que l’administration va vous sauver, je vous laisse à vos rêveries. Je vous laisse penser que les réglementations actuelles vous protègent, moi j’y vois des freins, des obstacles. Voir ce qui se passe avec l’apprentissage libre (là encore l’UNIC a été le à alerter, mais on ne nous pas écouté) car nous étions protégez par la réglementation. Foutaises !
      Et puis allez voir ailleurs, sortez de notre bel hexagone, vous savez là où nous nous prenons pour le nombril du monde, les seuls, les purs et tout et tout.
      Allez voir en Hollande (le pays), en Allemagne, etc. Dans de nombreux pays la privatisation a été faites il y a des années et cela fonctionne très bien.
      J’allais oublié, la peur des magouilles, vous l’avez oublié aussi !
      C’est pourtant un argument des anti-privatisation. Là encore, si vous saviez, les magouilles elles existent déjà dans le système actuel, il y aurait quelques histoires à raconter.

      Sur le coût, demandez donc à vos élèves, à leurs parents s’ils préfèrent attendre 6 mois, subir des grèves et garder un système « gratuit » (mais est-ce vraiment gratuit), où si, moyennant quelques euros ils préfèrent un système où ils n’y a plus d’attente ?

      Mais pour ceux qui ne lisent pas, pour ceux qui s’arrêtent sur des mots qui les bloquent, je les renvois aux projets de l’UNIC, « auto-école autrement et DEXO.

      Que dit l’UNIC ?

      1 – Privatisation de la production de places d’examens
      2 – Création d’un véritable droit à l’examen. Une obligation de formation = un droit de passage (ce que vous refusez actuellement au public)
      3 – En cas d’échec une obligation de formation complémentaire = un droit de passage
      4 – Les ipcsr actuels restent dans le service public qui garde sa fonction régalienne de contrôle des opérateurs privés qui font les examens et les écoles de conduite.

      Voilà en 4 mots pour que ce soit simple et compréhensible des esprits effarouchés par la nouveauté.

      Alors si la profession souhaite continuer dans le système actuel, ce sera son choix et ce sera sans moi.

      Alors au nom de la noblesse de l’enseignement la profession disparaitra car le système actuel est moribond.
      Pour conclure, juste une petite remarque qu’une mère d’élève m’a fait un jour.
      Cette dame est Belge et femme de diplomate. Un jour elle me dit « Monsieur COLOMBANI, je ne comprends pas, dans les pays du nord de l’Europe, les auto-école vivent bien, en France on a l’impression qu’elles ont de grandes difficultés ».

      Oui mais nous, en France nous sommes des enseignants au sens le plus pur. N’est-il pas ?

      Je suis responsable de ce que j’écris. Je ne suis pas responsable de ce que vous comprenez.

      • Monsieur
        En ouvrant mon ordinateur après quelques leçons de conduite et avant une séance de « code », je suis surpris et déçu de découvrir tant « d’agressivité » à mon égard.
        Je ne voulais en aucun cas m’opposer à votre façon de penser, mais juste débattre entre collègues.
        Fortement déçu par la teneur de vos propos, il me semble inutile de poursuivre le débat. Je ne pensais vraiment pas en venant débattre sur ce blog que je forcerais par inadvertance la porte de « la pensée Unic » (…)
        Mais ceci dit, vous me donnez une idée de reconversion lorsque, comme beaucoup de collègues, j’aurai fermé définitivement ma porte, je postulerai à un poste d’inspecteur privé, puisqu’il devrait y avoir de l’embauche.
        Cordialement et bon courage dans votre lutte

        Jipé – 31

        • Désolé que vous preniez cela pour de l’agressivité, et particulièrement envers vous. Si je n’avais pas apprécié votre commentaire je ne l’aurai simplement pas validé et il serait resté caché.
          Plus simplement le constat est toujours le même, ceux qui s’opposent à une privatisation ne font que répéter les mêmes arguments et entrainent la profession sur le chemin actuel et ce chemin est sans issue. Voilà ce que j’en pense et cela n’engage que moi.
          Voilà je m’excuse de vous avoir « agressé » et ma réponse était plus à prendre de manière générale que visant votre personne.
          Cordialement

  4. Bonjour,

    Je suis gérant d’une auto école à Lorient dans le Morbihan et il faut avouer qu’il y a beaucoup de choses assez frustrantes concernant le monde du permis de conduire et de la conduite.

    Sujet à débat donc.

    Amicalement.

    Antoine de Lorient.

Ecrire un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>